Glossaire

Télégraphe

Ecrit par Louise

Au cours de l’histoire, différents télégraphes ont été développés. En 1833, après plusieurs initiatives réussies dans différentes parties du monde, Johann Carl Friedrich Gauss et Wilhelm Eduard Weber créent une ligne télégraphique à Göttingen (Allemagne) qui permet de transmettre des signaux sur une distance de 1200 mètres.

Durant ces années, Pavel Schilling a également réussi à transmettre des informations entre deux télégraphes situés dans des pièces différentes de sa maison. Il a ensuite étendu son expérience à la demande des autorités russes et a posé des câbles à Saint-Pétersbourg.

Le télégraphe de Samuel Morse était l’un des plus connus. En collaboration avec Alfred Vail, cet inventeur et artiste a développé un code composé d’espaces, de rayures et de points qui s’appelle maintenant le Code Morse et qui est utilisé pour transmettre des messages. Avec l’appui du gouvernement américain, Morse encourage l’installation de lignes télégraphiques.

Peu à peu, le télégraphe électrique s’est répandu en Amérique du Nord et dans diverses régions d’Europe. L’étape suivante dans l’évolution de l’appareil fut l’installation de câbles sous-marins qui, en 1858, réussirent même à traverser l’océan Atlantique.

L’une des inventions les plus intéressantes de cette course qui a poussé tant de gens à réaliser la transmission à longue distance de l’information était le télégraphe à imprimer Hughes, qui porte le nom de famille de son créateur, le musicien et physicien David Edward Hughes, d’origine britannique. En 1855, alors qu’il travaillait à la création d’un dispositif qui lui permettrait d’imprimer toutes les notes de musique qu’il jouait sur un clavier, il découvrit ce télégraphe particulier et avancé qu’il fit breveter immédiatement.

A lire :   Serveur

À première vue, le télégraphe de Hughes ressemble à un petit orgue musical avec une série de bobines et d’engrenages au dos ; et ce n’est pas si loin de son véritable fonctionnement, puisqu’il permet aussi d’atteindre le but initial de son créateur, bien que grâce à l’inclusion d’une touche pour alterner entre les lettres majuscules et minuscules (similaire à ce que nous appelons maintenant « Shift ») il était possible de transmettre des messages plein texte, qui étaient imprimés au point de réception en utilisant une longue bande de papier.

Hughes a tenté de commercialiser son produit en Amérique du Nord, mais le brevet télégraphique appartenait à Samuel Morse, ce qui l’a amené à l’essayer en Angleterre, bien qu’il ait de nouveau été rejeté, et finalement réussi en France. Là, il a été testé pendant un an, puis acquis par le président de la seconde République française, Napoléon III Bonaparte, qui l’a décoré de la médaille de « Chevalier ».

Par rapport au télégraphe de Morse, celui de Hughes était beaucoup plus rapide, car il permettait de transmettre plus de deux fois plus de mots par minute. D’autre part, il permettait d’imprimer en utilisant des caractères normaux, ce qui évitait d’avoir à traduire avant d’être lu par les destinataires. Cela ne signifie pas que le processus était accessible à n’importe quel utilisateur, puisque son fonctionnement nécessitait la pression fréquente d’une pédale et présentait certaines difficultés lors de la saisie de caractères très proches.

Il est à noter que plusieurs journaux ont été baptisés « The Telegraph », inspiré par l’étendue du dispositif de transmission de l’information. Il y a des journaux qui s’appellent ainsi en Équateur et en Uruguay, par exemple.

A lire :   Mise à jour

Le concept donne aussi le nom à un hôtel à Cuba et à un restaurant de fruits de mer en Espagne, entre autres établissements commerciaux.

A propos de l'auteur

Louise

Jeune maman dynamique, j'aime ... tout particulièrement m'occuper du réseau informatique de la maison notamment de notre NAS.

Laisser un commentaire