Glossaire

Hashtag

Ecrit par Louise

Le dictionnaire de l’académie française n’inclut pas le terme hashtag dans son dictionnaire. Le concept, qui se traduit généralement par une étiquette, est utilisé dans le domaine de l’informatique pour faire allusion à une chaîne de caractères qui commence par le symbole , connu sous le nom de chiffre ou de bloc.

Le hashtag est utilisé dans les réseaux sociaux pour indiquer le sujet d’une conversation ou d’un message. Il permet également la création automatique d’un lien hypertexte qui donne accès à tout le contenu incluant le hashtag en question.

Facebook, Instagram et Twitter sont quelques-unes des plateformes où ces balises sont utilisées. Selon chaque réseau social, le hashtag acquiert des caractéristiques différentes.

D’une part, l’utilisateur peut utiliser le hashtag pour résumer une idée ou pour attirer l’attention des lecteurs. Une personne peut poster une photo sur son compte Twitter accompagnée du message suivant : « Cet après-midi, j’ai de nouveau joué au football après trois mois. Happiness. Dans ce cas, le hashtag (Happiness) résume ce que le sujet ressentait en faisant du sport après quelques mois d’inactivité.

Le hashtag est également inclus dans un texte comme moyen de rejoindre un chat ou une discussion. Il est courant pour la télévision de proposer un hashtag pour que les téléspectateurs participent avec leurs opinions sur les réseaux sociaux. Supposons que les Celtics de Boston et les San Antonio Spurs s’affrontent en NBA. La chaîne qui diffuse le jeu invite les téléspectateurs à Twitter avec le hashtag CelticsVsSpurs. Toutes les tuits des internautes qui incluent ce hashtag apparaîtront dans le même fil de messages. Les hashtags les plus utilisés, à leur tour, deviennent un sujet de tendance ou TT (c’est-à-dire une tendance ou un sujet du moment).

A lire :   Périphériques de sortie

Il s’agit d’un concept qui représente en soi la réalité que vivent les êtres humains en ce début du XXIe siècle dans leur façon de communiquer. Alors que jusqu’aux années 1990, il était très difficile d’accéder à une plate-forme publique pour se faire entendre, ce « privilège » étant réservé aux acteurs, chanteurs, animateurs de programmes de télévision ou de radio et journalistes, nous avons aujourd’hui tous un espace sur Internet, ou plutôt plusieurs, pour rendre publiques nos opinions.

Le hashtag, en ce sens, pourrait être comparé à une déclaration d’un enseignant invitant une opinion sur un sujet, seulement que dans le contexte des réseaux sociaux, une conversation claire et cohérente est rarement générée. Le manque de contrôle de ce moyen de communication s’explique en partie par le nombre de personnes qui participent simultanément ; cependant, étant donné que, dans de nombreux cas, des modérateurs sont chargés de maintenir l’ordre, il est clair que le nombre d’interlocuteurs n’est pas toujours à l’origine du problème.

En invitant des milliards d’étrangers à commenter une question, nous courons toujours le risque de recevoir des messages qui nuisent à notre sensibilité. Par exemple, si nous proposons une conversation sur les droits des homosexuels, nous rencontrons inévitablement des réponses désobligeantes. Bien souvent, la violence va au-delà des messages désagréables pour atteindre la limite des menaces, qu’il s’agisse d’agression ou de mort, ou encore d’exposition publique de certaines données privées.

Bien sûr, le hashtag n’est ni positif ni négatif en soi ; c’est un outil de plus, qui peut être utilisé de nombreuses façons, selon les individus impliqués dans le processus. Retrouver tous les messages relatifs à un même sujet est vraiment idéal, et cet engagement est rempli sans faille tous les jours, dans nos réseaux sociaux préférés.

A lire :   La cyberculture

A propos de l'auteur

Louise

Jeune maman dynamique, j'aime ... tout particulièrement m'occuper du réseau informatique de la maison notamment de notre NAS.

Laisser un commentaire