Glossaire

Numérique

Ecrit par Julien

Les systèmes numériques (comme les ordinateurs) utilisent une logique à deux états qui est représentée par deux niveaux de tension électrique : haute (haute ou H) et basse (basse ou L). En tant qu’abstraction, ces états sont remplacés par des uns et des zéros, ce qui facilite l’application logique et arithmétique.

Ce système binaire composé de uns et de zéros permet de stocker, traiter et transmettre tout type d’information. On peut parler de systèmes numériques combinés (dont les sorties dépendent de l’état des entrées à un moment donné) et de systèmes numériques séquentiels (les sorties sont également affectées par les états précédents).

Les signaux numériques, en revanche, utilisent des valeurs discrètes ou discontinues, contrairement aux signaux analogiques (qui font appel à une série continue de valeurs). Le fonctionnement avec des valeurs limitées facilite et fiabilise la transmission de l’information.

Parmi les avantages d’un signal numérique (la télévision, par exemple), il y a la possibilité d’amplification et de reconstruction en même temps, la correction des erreurs de réception et la génération infinie sans perte de qualité.

Dans le domaine de l’électronique, les circuits numériques fonctionnent avec des informations codées dans deux états uniques (un et zéro, selon les différents niveaux de tension).

Musique numérique

Lorsqu’on parle de musique numérique, il est possible de faire deux interprétations très différentes : premièrement, elle peut être comprise comme synonyme de musique électronique, puisqu’elle est produite à l’aide d’instruments qui ne reposent pas sur les principes de l’acoustique pour émettre leurs sons, mais qui les produisent numériquement ; deuxièmement, le concept peut désigner les formats de distribution numérique, tant ceux téléchargés par les magasins virtuels que ceux enregistrés sur CD et DVD.

A lire :   MMORPG

Étant donné la plus grande commodité offerte par la musique distribuée numériquement, peu de gens s’arrêtent pour réfléchir aux avantages des supports analogiques, tels que les disques vinyle. Dans le passé, les ondes sonores émises lors de l’enregistrement d’un album étaient capturées en produisant des marques physiques sur la surface du disque, assurant que chaque son laissait une empreinte unique. Ceci est soutenu par ceux qui prétendent que la musique numérique ne semble pas naturelle, qu’elle ne transmet pas la chaleur des artistes.

De plus, on sait que les disques vinyle recueillaient tout le spectre sonore émis dans les salles d’enregistrement, y compris les fréquences qui sont imperceptibles à notre oreille. Lorsqu’une note est émise naturellement, si l’instrument est bien accordé et qu’il reçoit une projection correcte, avec le son de beaucoup d’autres, appelés harmoniques, cela augmente la richesse d’une performance, et c’est quelque chose qui ne peut être vu sur un CD de la même manière que dans un support analogique.

Sans aucun doute, le son capté sur un disque vinyle est plus naturel qu’un enregistrement réalisé entièrement avec du matériel numérique, mais cela ne signifie pas que cette dernière option n’offre pas d’avantages clairs. Par exemple, et peut-être le plus important de tous, il ne se détériore pas avec l’usage ou avec le temps ; combien les amateurs d’opéra et de musique de la première moitié du XXe siècle donneraient pour avoir des enregistrements propres et stables de leurs chanteurs favoris.

Un autre point fort de la musique distribuée numériquement est qu’elle peut être jouée sur une multitude d’appareils, de tailles et de technologies différentes, et qu’elle ne prend pas de place. Grâce aux services de stockage en nuage, l’espace disque local n’est plus un problème, car vous pouvez avoir un nombre potentiellement illimité de chansons stockées en mémoire distante.

A lire :   La cassette

A propos de l'auteur

Julien

Ingénieur réseau de profession, je suis un papa touche à tout de l'informatique.

Laisser un commentaire