Glossaire

Freeware

Un freeware est un programme informatique dont la distribution est gratuite, de sorte que l’utilisateur n’a pas à payer pour l’installer et l’utiliser. Cependant, contrairement aux logiciels libres, les utilisateurs ne sont pas autorisés à modifier leur code.

Il est donc important de faire la distinction entre logiciel libre ou freeware et logiciel libre. Alors que la première a pour caractéristique principale la distribution gratuite, la seconde présente comme propriété fondamentale l’autorisation de modifier son code de programmation original.

Il est donc plus approprié de comparer le freeware au shareware et non au logiciel libre. Un shareware est un logiciel distribué gratuitement, bien qu’il ne permette son utilisation que pendant un certain temps ou avec des fonctionnalités limitées. Le but est que l’utilisateur puisse connaître le programme et ensuite, s’il accepte, payer la licence pour accéder à la version complète.

Dans le cas d’un logiciel gratuit, il est distribué gratuitement avec toutes ses fonctionnalités et sans limite de temps. À l’occasion, les développeurs peuvent demander des dons pour leur permettre de poursuivre leur travail.

Vous ne pouvez pas vous empêcher de mentionner que le freeware est sous licence. Bien que sa distribution et son utilisation soient généralement gratuites, des restrictions sont souvent imposées, comme l’interdiction de vendre le logiciel ou de l’utiliser dans une entreprise à des fins commerciales.

L’antivirus Avast, le programme de récupération de fichiers Recuva et le logiciel de cartographie et de photographie par satellite Google Earth sont des exemples de freeware : ils ont des versions qui peuvent être téléchargées et utilisées gratuitement. Les jeux vidéo qualifiés de gratuits sont également considérés comme des freewares.

A lire :   Logiciel libre

Comme avec presque tous les concepts informatiques, le mot freeware est relativement jeune, ayant été inventé en 1982 par Andrew Fluegelman, qui voulait éviter les méthodes de distribution traditionnelles pour son programme PC-Talk. C’est alors qu’il a enregistré le terme et a commencé une coutume que des milliers de développeurs ont adoptée depuis lors (il convient de noter que le copyright dans ce terme n’appartient plus à Fluegelman).

Plus strict encore, il faut dire que la méthode utilisée par Fluegelman pour distribuer son programme était en fait ce que nous appelons aujourd’hui le shareware, mais ce n’est qu’une anecdote car elle n’a pas empêché la naissance du freeware en tant que concept. Une des raisons pour lesquelles un développeur peut opter pour ce type de distribution est de faire connaître son produit ou ses compétences, puis de lui proposer une version plus récente ou simplement de gagner en popularité.

Certaines sociétés de développement de logiciels proposent des versions plus anciennes de leurs programmes sous forme de freeware, pour donner aux utilisateurs une idée de la qualité de leurs produits ; bien sûr, elles les informent également des fonctionnalités qui ne sont incluses que dans les plus récentes, pour les inciter à l’acheter s’ils sont satisfaits du gratuit. Ces anciennes éditions sont parfois considérées comme obsolètes pour diverses raisons, telles que le manque de compatibilité avec les systèmes d’exploitation ou les pilotes modernes, ce qui explique pourquoi leurs créateurs ne les font pas payer.

Bien que ce ne soit pas normal, il y a des développeurs qui offrent des produits gratuits simplement parce qu’ils ne veulent pas gagner d’argent pour leur distribution. Grâce à eux, des milliers de créateurs de contenu numérique peuvent réaliser leurs projets sans avoir à investir de l’argent dans toutes les applications complémentaires. N’oublions pas que pour créer une vidéo, un site web ou une application, par exemple, nous avons besoin de plusieurs outils, et s’ils étaient tous commerciaux, très peu de gens pourraient être confrontés à un processus créatif de ce type.

A lire :   CRM

A propos de l'auteur

Julien

Ingénieur réseau de profession, je suis un papa touche à tout de l'informatique.

Laisser un commentaire