Glossaire

Excel

Ecrit par Louise

La première incursion de Microsoft dans le monde des tableurs (qui permettent la manipulation de données numériques dans des tableaux formés par l’union des lignes et des colonnes) a eu lieu en 1982, avec la présentation de Multiplan. Trois ans plus tard, la première version d’Excel allait arriver.

À la demande d’une entreprise qui commercialisait déjà un programme sous le nom d’Excel, Microsoft a dû présenter son produit sous le nom de Microsoft Excel dans toutes ses communications officielles et ses documents juridiques.

En 1989, Microsoft a présenté sa première version d’Office, une suite bureautique (un ensemble de programmes utiles dans les tâches de bureau) comprenant Excel, Word (un traitement de texte) et PowerPoint (une application pour créer des présentations multimédia).

Microsoft Excel a présenté, tout au long de son histoire, plusieurs problèmes liés aux opérations effectuées dans le tableur. L’une des plus importantes a été l’impossibilité de travailler avec des dates antérieures à l’année 1900, en utilisant au moins le format de date propre à l’application ; une façon de surmonter cet obstacle est de créer des champs personnalisés, aux formats numériques, combinés avec des formules intelligentes qui les traitent comme des données chronologiques.

A noter qu’Excel est un programme commercial : vous devez payer une licence pour l’installer. Il existe d’autres options open source qui peuvent être installées ou exécutées gratuitement et qui vous permettent également de gérer des feuilles de calcul, telles que OpenOffice.org Calc et Google Docs. La plupart de ces produits sont compatibles avec les documents créés dans Excel, mais ce n’est pas le cas dans le sens inverse (Excel n’est pas capable de lire les fichiers créés avec ces programmes).

A lire :   La technophilie

L’une des forces d’Excel est qu’il donne à ses utilisateurs la possibilité de personnaliser leurs feuilles de calcul en programmant leurs propres fonctions, qui exécutent des tâches spécifiques, adaptées aux besoins de chacun, et qui n’ont pas été incluses dans le paquet original. D’une manière générale, il y a deux options : créer des formules dans la même cellule de la feuille en question, ou utiliser le module de développement en Visual Basic.

Dans le premier cas, les possibilités sont très limitées, bien que cela ne signifie pas qu’elles ne soient pas suffisantes pour la plupart des utilisateurs. Le principal problème réside dans l’inconfort de l’écriture du code dans une cellule, sans la possibilité d’utiliser des sauts de ligne, des tabulations ou des commentaires, parmi de nombreux autres éléments d’un éditeur classique. Développer des fonctions dans le pseudo-langage d’Excel n’est pas naturel, inconfortable et peu intuitif pour un programmeur, sans mentionner que plusieurs limitations structurelles font que tout n’est pas possible.

Pour les développeurs qui recherchent des objectifs très spécifiques, ou une complexité supérieure au calcul d’une moyenne ou à une comparaison entre plusieurs données, la solution réside dans l’utilisation de Visual Basic. C’est un langage avec un degré d’abstraction relativement élevé (qui est considérablement différent du langage machine, du fonctionnement du processeur) et qui, comme celui utilisé dans Excel, fonctionne par événements (cela signifie que l’utilisateur doit effectuer une action pour déclencher l’exécution du programme).

Cela dit, la combinaison d’Excel et de Visual Basic a aussi ses limites, et ne peut en aucun cas dépasser le niveau de personnalisation et de précision possible par la création d’un programme à partir de zéro, mais elle est très efficace et pratique pour une petite entreprise qui ne veut pas investir l’argent et le temps nécessaire pour développer ses propres applications.

A lire :   Windows

A propos de l'auteur

Louise

Jeune maman dynamique, j'aime ... tout particulièrement m'occuper du réseau informatique de la maison notamment de notre NAS.

Laisser un commentaire