Glossaire

L’épargne

Ecrit par Louise

Le verbe guardar a plus de dix significations selon le contexte. Le terme peut désigner le fait de placer un objet dans un endroit où il est en sécurité. Par exemple : « Après avoir mis la bague dans un coffre-fort, l’homme a quitté la pièce », « Je vais mettre l’argent que ma grand-mère m’a donné dans une tirelire », « Ricardo est allé mettre la voiture dans le garage, je serai de retour dans quelques minutes ».

Save peut aussi faire allusion à la commande, en plaçant chaque article à l’endroit approprié : « D’abord tu dois ranger tes jouets et ensuite nous irons sur la place », « Je ne peux toujours pas quitter le bureau parce que je dois garder quelques papiers », « Je dois garder la vaisselle et les verres ».

Une autre utilisation du concept mentionne le maintien ou la préservation de quelque chose : « Pouvez-vous garder un secret ? J’aimerais vous dire ce que je viens de voir à la porte de l’école :  » Je ne vais pas me taire parce que je pense que tout le monde devrait savoir ce qui vient de se passer « ,  » Nous devrions rester calmes jusqu’à ce qu’ils viennent à notre secours « .

Dans le domaine des technologies de l’information, l’action de sauvegarde consiste à stocker des informations dans un fichier. Lorsqu’un utilisateur sauvegarde un document, il enregistre et stocke les modifications qu’il y a apportées. Ainsi, lors de la réouverture du document en question, la dernière version sauvegardée sera trouvée.

Supposons qu’une personne crée un nouveau document dans un traitement de texte et écrit la phrase « C’est toujours aujourd’hui ». Cliquez ensuite sur l’option Enregistrer et nommez le fichier. Lorsque vous rouvrez ce document, vous lirez ce que vous avez écrit la dernière fois que vous avez sauvegardé l’information.

A lire :   Méta-moteur de recherche

Dans ce contexte, le verbe guardar peut être utilisé comme synonyme de grabar, qui est préféré dans certaines régions hispanophones. En plus des documents que nous créons dans notre vie quotidienne, nous pouvons aussi enregistrer des brouillons de messages dans nos boîtes aux lettres électroniques, des photographies, des vidéos ou même des jeux vidéo.

Il est également possible d’observer une minute de silence. Cette expression désigne l’action de dédier un moment de paix et de réflexion à une personne ou à un groupe qui est décédé ou qui traverse une période de grande souffrance. C’est un signe de solidarité, aussi passif soit-il, un geste de compassion et d’empathie pour ceux qui n’ont pas eu autant de chance que nous.

Habituellement, une personne invite les autres à observer une minute de silence dans le contexte d’un enterrement ou d’une réunion axée sur le problème qui mérite un tel respect. C’est l’une des nombreuses coutumes qui se sont ancrées dans notre culture au point de devenir une ressource « naturelle » pour notre communication dans un moment de deuil. Cependant, peu connaissent son origine et son application correcte.

Cette coutume existe depuis plus de cent ans, bien que l’on ne sache pas exactement qui l’a inventée. La version la plus courante nous amène à la conclusion de la Première Guerre mondiale, en 1919, lorsqu’un soldat australien nommé Edward George Honey proposa aux Anglais deux minutes de silence à l’occasion du premier anniversaire du traité d’armistice.

En revanche, sept ans plus tôt, un groupe de sénateurs portugais avait décidé de suspendre une session et de garder le silence pendant dix minutes en signe de respect pour le baron de Rio Branco, José María Paranhos, qui était mort. Comme on le voit, le temps est symbolique, et le fait qu’une minute soit économisée aujourd’hui ne signifie pas que l’hommage soit de moindre importance, puisque le geste est valorisé ; de plus, la douleur ne se termine pas non plus après dix minutes.

A lire :   Logiciels espions

A propos de l'auteur

Louise

Jeune maman dynamique, j'aime ... tout particulièrement m'occuper du réseau informatique de la maison notamment de notre NAS.

Laisser un commentaire