Glossaire

Clic

Ecrit par Julien

Le terme clic appartient à la langue anglaise, bien qu’il soit couramment utilisé dans notre langue. En français, cependant, le mot clic devrait être utilisé, une onomatopée reconnue par l’académie française dans son dictionnaire.

Cette onomatopée est utilisée dans le but d’imiter certains bruits, tels que celui généré lorsque quelqu’un appuie sur un bouton ou la détente d’un revolver. Par exemple : « J’ai entendu le déclic du pistolet mais la balle n’est pas sortie », « Je pense que le bouton ne fonctionne pas : il clique mais la machine ne s’allume pas », « Je servais du café quand un clic m’a fait remarquer que la tasse avait craqué ».

L’utilisation la plus courante de la notion, cependant, est spécifiquement associée à l’action de presser un bouton sur une souris, le périphérique utilisé pour donner des instructions à un ordinateur. L’utilisateur, en déplaçant la souris, déplace une flèche sur l’écran. Une fois positionné sur une icône ou un lien, vous pouvez faire un ou deux clics pour le sélectionner ou l’ouvrir ou pour afficher un menu.

La plupart des souris ont deux boutons. Habituellement, le bouton gauche est utilisé pour sélectionner, ouvrir ou exécuter quelque chose, des actions qui sont réalisées par un clic ou deux clics, selon le cas. Un clic sur le bouton droit de la souris, en revanche, permet généralement l’affichage d’un menu avec plusieurs options.

Une autre possibilité offerte par les souris est de cliquer et, tout en appuyant sur le bouton, de faire glisser une icône. Ceci peut être utile pour déplacer un fichier d’un dossier à un autre.

A lire :   La fragmentation

La magie de l’informatique et du développement de logiciels en général est que l’utilisateur finit par croire que l’environnement de travail numérique fait partie du monde matériel, que derrière l’écran il y a vraiment un bureau avec son papier peint correspondant, une série de répertoires avec leurs fichiers et divers programmes que l’on peut voir et toucher.

Tout comme dans la fiction, il y a la suspension de l’incrédulité, phénomène qui décrit l’état dans lequel nous entrons quand nous commençons à croire en la logique interne d’une histoire (que ce soit en lisant un livre, en regardant un film ou en jouant à un jeu vidéo), quand nous passons plusieurs heures par jour devant un écran nous oublions que rien que nous voyons et utilisons est matériel, que ce ne sont ni feuilles ni crayons derrière un verre, mais que tout a absolument été créé de zéro, par un groupe de programmeurs et designers, parmi les professionnels.

Lorsque vous cliquez, c’est-à-dire lorsque vous appuyez sur l’un des boutons d’une souris et que vous le relâchez rapidement, vous ne faites pas plus que cela ; en d’autres termes, vous ne sélectionnez pas de dossier, vous n’appuyez pas sur un bouton ou ne placez pas de curseur, car rien de cela n’existe. Notre action n’est rien de plus qu’un phénomène moteur et mécanique, qui a des répercussions sur un autre phénomène appartenant au monde de l’électricité et des circuits ; chaque phase à partir de ce moment a été spécifiquement pensée par les nombreux noms grâce auxquels nous avons aujourd’hui des ordinateurs.

A lire :   Cabale

Lorsque notre clic arrive sur le système d’exploitation, il ne touche directement aucun des éléments mentionnés précédemment, mais il place dans une liste d’événements qui doivent être évalués pour décider de leur répercussion : si nous utilisons un programme qui admet l’utilisation de la souris, alors les fonctions pertinentes sont exécutées pour que notre action génère le changement attendu ; sinon, l’événement est ignoré, comme si nous n’avions rien fait, ce qui ne se passe jamais si nous prenons un crayon et le mettons sur une feuille de papier.

A propos de l'auteur

Julien

Ingénieur réseau de profession, je suis un papa touche à tout de l'informatique.

Laisser un commentaire