Glossaire

Virus

Ecrit par Julien

Virus est un mot d’origine latine, dont le sens est poison ou toxine. C’est une entité biologique qui a la capacité de s’auto-répliquer en utilisant de la machinerie cellulaire.

Un virus est constitué d’une protéine capside qui enveloppe l’acide nucléique (ADN ou ARN). Cette structure, en revanche, peut être entourée par l’enveloppe virale (une couche lipidique avec différentes protéines).

Plus précisément, nous pouvons établir qu’en classant les virus, nous pouvons former deux grands groupes. Ainsi, d’une part, nous aurions ce qu’on appelle les virus à ADN qui sont identifiés par le fait qu’ils prennent comme scénario de leur développement ce qui est le noyau de la cellule en question. Dans cette catégorie, il y a également deux classes : la simple brin, dans laquelle un ADN simple brin prend la tête, et la double brin, qui dans son cas a un ADN double brin.

D’autre part, nous trouvons des virus à ARN, qui sont appelés ARN parce qu’ils utilisent l’ARN (acide ribonucléique) comme matériel génétique et parce qu’ils prennent aussi le cytoplasme comme site pour la réplication. Dans cette modalité, il y a quatre groupes : le monocaténaire positif, le monocaténaire rétro retranscrit, le bicaténaire et le monocaténaire négatif.

Le cycle de vie du virus, un agent potentiellement pathogène, nécessite la machinerie métabolique de la cellule envahie afin de reproduire son matériel génétique et de produire de nombreuses copies du virus original. Ce processus peut endommager la cellule jusqu’à ce qu’elle soit détruite.

Cette opération a été imitée par des virus informatiques, qui sont des programmes qui sont copiés automatiquement et dont le but est d’affecter le fonctionnement normal d’un ordinateur, sans le consentement de l’utilisateur.

A lire :   La barre d'état

Au sens strict du terme, les virus informatiques sont des programmes qui peuvent se répliquer et s’exécuter seuls. Ils remplacent généralement les fichiers système exécutables par des fichiers infectés par du code malveillant. Les virus peuvent simplement ennuyer l’utilisateur, bloquer les réseaux en générant un trafic inutile ou détruire directement les données stockées sur le disque dur de l’ordinateur.

Quand on parle de virus informatiques, il faut citer les plus célèbres ou les plus fréquents parmi ceux que l’on trouve, par exemple, les chevaux de Troie. Ce sont ceux qui peuvent être définis comme ceux qui volent des informations, permettent à un utilisateur externe de contrôler l’ordinateur ou simplement modifier l’appareil mentionné ci-dessus.

Cependant, nous devons aussi parler des vers dont le principal signe d’identité est qu’ils se cachent et se reproduisent. Et tout cela sans oublier les bombes à retardement qui sont les virus qui sont activés à la date déterminée ou simplement lorsqu’une fonction spécifique est exécutée.

Il y a deux grandes différences entre les classes de virus. D’une part, il y a les virus qui infectent les fichiers : ceux-ci, à leur tour, sont divisés en virus à action directe (l’infection se produit au moment où ils sont exécutés) et en virus résidents (ils se logent dans la mémoire de l’ordinateur et infectent les autres programmes dans la mesure où ils sont accessibles). D’autre part, des virus de démarrage ou de secteur d’amorçage apparaissent.

A propos de l'auteur

Julien

Ingénieur réseau de profession, je suis un papa touche à tout de l'informatique.

Laisser un commentaire