Glossaire

Nœud

Ecrit par Julien

Du latin nodus, le terme noeud a des usages différents dans les domaines de l’astronomie, de la physique et de l’informatique.

Pour l’astronomie, un nœud est chaque point opposé où l’orbite d’un astro croise l’écliptique. Il peut s’agir d’un nœud ascendant (lorsque le corps suit l’orbite passant du sud au nord) ou d’un nœud descendant (s’il passe dans la direction opposée). Ces nœuds sont diamétralement opposés.

Dans le domaine de la physique, un nœud est un point qui reste fixé dans un corps vibrant. C’est donc le point d’une onde stationnaire qui a une amplitude nulle à tout moment. Par exemple : dans une corde vibrante, les noeuds sont habituellement les extrêmes.

Une autre utilisation du concept de nœud est en électronique, où il s’agit d’un moyen de connexion entre deux ou plusieurs éléments d’un circuit.

L’acronyme NO-DO vient de Noticiero Documental et était le nom d’un court métrage d’actualités que les cinémas françaiss devaient montrer avant les films entre 1942 et 1981.

Un nœud, en informatique, est un composant qui fait partie d’un réseau. En d’autres termes, qu’il s’agisse d’Internet ou d’Intranet (utilisé dans des zones fermées, avec un accès limité aux utilisateurs autorisés), chaque serveur ou ordinateur constitue un noeud et est connecté à un ou plusieurs autres noeuds.

La programmation informatique considère un nœud comme étant chacun des éléments d’une liste, d’un arbre ou d’un réseau lié dans une structure de données. Chaque nœud possède ses propres caractéristiques et possède plusieurs zones, dont au moins une doit servir de point de référence à un autre nœud.

A lire :   Télétravail

La liste des liens

Il s’agit d’une structure de données qui peut être utilisée pour la mise en œuvre de nouvelles structures (telles que les files d’attente, les piles et leurs dérivés) et consiste en une série de nœuds qui stockent, en plus des informations souhaitées, un lien, un pointeur ou une référence au nœud qui le précède, au suivant ou à chacun. L’avantage fondamental d’une liste liée par rapport à un vecteur conventionnel est que ses éléments ne présentent pas un ordre rigide ni lié à celui qu’ils avaient au moment du stockage, mais cela dépend du lien que possède chaque noeud, et peut être modifié quand on le désire.

Les listes liées sont un type de données auto-référencées, puisqu’elles ont un lien avec un autre élément qui appartient au même type. Il convient de mentionner que, bien qu’ils permettent l’intersection et l’élimination de leurs nœuds, ils n’en permettent pas l’accès au hasard. Parmi les différents types de listes liées, nous trouvons la simple, la double liée, la circulaire et la double circulaire.

Il existe de nombreux langages de programmation à travers lesquels il est possible d’implémenter une liste liée ; quelques exemples sont Scheme et Lisp, qui offrent des objets de ce type, ainsi que des méthodes pour leur administration pratique. Au sein du groupe des langages impératifs et orientés objet, il existe également des outils qui facilitent leur création.

Il est intéressant de noter qu’un nœud peut contenir une autre liste ; cette pratique, bien que très complexe et inutile pour une application simple, peut être extrêmement utile et permettre un très haut niveau d’optimisation. Lisp a été le premier langage à mettre en œuvre ce modèle, mais avec le temps, il est devenu un aspect courant de la programmation fonctionnelle.

A lire :   Windows XP

Enfin, les listes liées peuvent être créées dynamiquement (c.-à-d. au moment de l’exécution) ou à la main, téléchargées par une seule personne, et sont très courantes dans les bases de données à grand volume.

A propos de l'auteur

Julien

Ingénieur réseau de profession, je suis un papa touche à tout de l'informatique.

Laisser un commentaire