Glossaire

Matériel

Ecrit par Julien

L’origine étymologique du terme hardware que nous allons maintenant analyser en profondeur se trouve clairement en anglais. Le matériel est composé de l’union de deux mots anglo-saxons : hard qui peut être traduit par « hard » et ware qui est synonyme de « choses ».

L’Académie royale française définit le matériel informatique comme l’ensemble des composants qui composent la partie matérielle (physique) d’un ordinateur, par opposition aux logiciels qui font référence aux composants logiques (intangibles). Cependant, le concept est généralement compris de façon plus large et est utilisé pour nommer tous les composants physiques d’une technologie.

Dans le cas des ordinateurs et des ordinateurs personnels, le matériel permet de définir non seulement les composants physiques internes (disque dur, carte mère, microprocesseur, circuits, câbles, etc.), mais aussi les périphériques (scanners, imprimantes).

Le matériel se distingue généralement entre le matériel de base (les appareils nécessaires au démarrage d’un ordinateur) et le matériel complémentaire (ils exécutent certaines fonctions spécifiques).

Quant aux types de matériel, on peut citer les périphériques d’entrée (ils permettent l’entrée d’informations dans le système, comme le clavier et la souris), les périphériques de sortie (ils montrent à l’utilisateur le résultat des différentes opérations effectuées sur l’ordinateur. Exemple : moniteur, imprimante), périphériques d’entrée/sortie (modems, cartes réseau, clés USB), unité centrale de traitement ou CPU (les composants qui interprètent les instructions et traitent les données) et mémoire vive ou RAM (qui sert au stockage temporaire des informations).

Dans le cas du RAM, nous devons souligner qu’il existe une classification du RAM en deux grandes catégories. Ainsi, d’une part, nous avons ce qui est connu comme dynamique, l’ensemble des cartes qui dans les ordinateurs sont connectés au bus mémoire de la carte mère, et d’autre part, sont les cartes spéciales. Ces derniers, contrairement aux précédents, ne sont pas utilisés dans les ordinateurs comme mémoire centrale.

A lire :   La configuration

Il s’agit notamment de VRAM (Video Random Access Memory), SRAM (Static Random Access Memory) et NVRAM (Non-Volatile Random Access Memory).

L’histoire du développement matériel, en revanche, marque plusieurs jalons et étapes. On parle d’une première génération (avec des tubes de verre qui abritent des circuits électriques), d’une deuxième génération (avec des transistors), d’une troisième génération (qui a permis à des centaines de transistors d’être conditionnés dans un circuit intégré d’une puce de silicium) et d’une quatrième génération (avec l’arrivée du microprocesseur). Les progrès des études en nanotechnologie permettent d’envisager l’émergence de matériels plus avancés dans les années à venir.

En plus de toutes les informations présentées jusqu’à présent, nous ne pouvons pas non plus négliger ce que l’on appelle le matériel libre. Il s’agit d’un concept d’une grande importance dans le secteur car il se réfère à l’ensemble des dispositifs qui se caractérisent par le fait que n’importe qui, que ce soit gratuitement ou en payant un certain montant, peut accéder publiquement quelles sont leurs spécifications.

En particulier, ce type de matériel peut être classé en fonction de sa nature, ce qui donnera lieu à deux catégories (statique ou reconfigurable), ou selon sa philosophie. Dans ce dernier cas, nous trouverons, par exemple, du matériel libre ou du matériel open source.

A propos de l'auteur

Julien

Ingénieur réseau de profession, je suis un papa touche à tout de l'informatique.

Laisser un commentaire