Glossaire

Fractionnement

Ecrit par Louise

Participation est un terme qui vient du mot latin partitĭo et qui permet de nommer la division ou la distribution de quelque chose. Le verbe partir fait référence à diviser, briser, fracturer ou même partager, selon le contexte.

Pour les mathématiques, une partition est un revêtement dans lequel des sous-ensembles appartenant à la même famille sont disjoints (leur intersection, par paires, est vide). Le revêtement, d’autre part, se réfère à une collection de sous-ensembles A d’un ensemble X : c’est-à-dire, la collection de ces sous-ensembles est un revêtement de X.

En théorie des nombres, la partition d’un entier positif est la forme de décomposition comme la somme des autres entiers positifs. Par exemple : la participation de 4 est 3+1, 2+2, 2+1+1 et 1+1+1+1+1+1.

Une autre utilisation du concept de cloison a lieu dans l’informatique. La partition est le nom donné aux divisions d’une unité de stockage de données physiques. Les systèmes d’exploitation interprètent souvent chaque partition d’un disque dur comme un disque séparé, même s’il s’agit de divisions virtuelles du même disque physique.

En plus de tout cela, il est intéressant de souligner le fait qu’il existe fondamentalement trois types différents de partitions de disque. Ainsi, d’une part, il y a le primaire, reconnu par le système d’exploitation, qui attribue à chaque division un lecteur et qui est l’un des plus fréquents dans le domaine informatique.

D’autre part, en deuxième lieu, il y a la partition logique qui est cette division du disque qui peut exister jusqu’à un nombre maximum de vingt-trois dans celui-ci. Et troisièmement, il y aurait la division élargie qui est aussi connue sous le nom de division secondaire.

A lire :   Bloc

Nous devons souligner que ce dernier ne peut exister sur un disque que d’une manière unique et qu’il est défini parce qu’il n’a pas la capacité de supporter directement ce qui serait un système de fichiers particulier.

Les avantages de travailler avec des partitions incluent la possibilité de sauvegarder des données sur différentes partitions sur le même disque et l’installation de deux systèmes d’exploitation sur le même ordinateur.

En droit, enfin, le partage est l’attribution aux héritiers de leur part correspondante d’un héritage constitué d’actifs spécifiques. Avant le partage, les héritiers n’ont pas la propriété des biens de l’héritage, mais conservent une part abstraite de l’héritage.

Une fois que le partage de l’héritage susmentionné a eu lieu, il doit être clair que deux choses fondamentales se produisent : que ce que serait la communauté héréditaire prend fin et que chaque cohéritier doit faire face à l’obligation de nettoyer tout ce qui lui a été transmis.

Il est également important de savoir qu’il existe un certain nombre d’autres mesures tout aussi importantes en matière de partitionnement. Il s’agit d’opérations telles que la dissolution de ce qui serait une communauté de biens, la liquidation, l’inventaire des biens concernés ou l’adjudication des effets qui correspondent à chacun des cohéritiers.

A propos de l'auteur

Louise

Jeune maman dynamique, j'aime ... tout particulièrement m'occuper du réseau informatique de la maison notamment de notre NAS.

Laisser un commentaire