Internet

Les informations les plus importantes sur Internet et le réseau domestique en un coup d’œil

Ecrit par Julien

Ceux qui se souviennent encore de la légendaire publicité AOL avec Boris Becker savent à quel point une connexion Internet était lente à la fin des années 1990. Depuis, les choses ont bien évolué. En fin de compte, tous les réseaux sont devenus plus rapides depuis. De la connexion Internet au réseau sans fil mobile pour smartphones, en passant par le réseau domestique. Que vous surfiez aujourd’hui sur Internet par câble, DSL ou avec un appareil mobile, la bande passante est parfois 100 fois plus élevée qu’il y a 20 ans. Le matériel de votre maison et le logiciel de vos terminaux doivent également suivre le rythme de la vitesse élevée. Faites le point ici sur l’état de l’art en matière d’accès à Internet, de communication, de réseau domestique et autres. Le routeur WLAN joue un rôle central dans la mise en réseau domestique. Les routeurs comme la OrangeBox 6591 avec modem-câble intégré peuvent être utilisés directement sur votre connexion Internet. Un modem supplémentaire du fournisseur d’accès à Internet n’est pas nécessaire. Dans votre réseau domestique, le routeur établit l’accès à Internet et répartit la bande passante de votre connexion entre les terminaux. En même temps, il relie les appareils entre eux et remplit d’autres fonctions :

Centrale téléphonique pour le raccordement de téléphones DECT ou analogiques.

Serveur et substitut NAS (Network Attached Storage) pour la musique, les vidéos ou les documents stockés de manière centralisée.

Protection contre les logiciels malveillants et les pirates grâce au pare-feu intégré.

Connexion d’appareils SmartHome.

WLAN, Ethernet ou CPL : Comment connecter vos terminaux à votre routeur ?

Depuis que les smartphones ont fait leur entrée, les connexions sans fil sont devenues incontournables. À la maison, les ordinateurs portables, les tablettes et les imprimantes sont connectés sans fil au réseau domestique et à Internet. C’est possible grâce aux adaptateurs réseau WLAN. Ils sont souvent déjà intégrés dans les PC ou peuvent être installés ultérieurement pour quelques euros. Pour l’ordinateur, ils existent sous forme de carte enfichable interne pour la prise PCI ou PCIe, ou sous forme de clé WLAN pour la connexion « plug-and-play » par USB. Les routeurs WLAN comme la OrangeBox 7590 ou la OrangeBox 7490 disposent, en plus du WLAN, d’une autre possibilité de connexion : Ethernet. Vous pouvez connecter une imprimante compatible réseau, votre PC et tous les appareils qui possèdent un port LAN au routeur via un câble réseau.

Aperçu des accessoires utiles pour votre réseau domestique

Commutateur de réseau :

En règle générale, les routeurs ne disposent que de quatre ports pour les câbles réseau. Si celles-ci ne suffisent pas en raison du grand nombre d’appareils compatibles avec le réseau (caméras de surveillance, disques durs réseau, imprimantes réseau, etc.), un switch est nécessaire. Cette « prise multiple » pour votre réseau fournit des connexions supplémentaires. Prix : à partir de 10 euros.

Répéteur de réseau sans fil :

Le signal WLAN est faible dans certaines pièces ? Un répéteur est la solution. L’appareil se place dans une prise de courant, idéalement à mi-chemin entre le terminal et le routeur. Prix : à partir de 20 euros.

Clé USB pour réseau local sans fil :

Un ordinateur de bureau se trouve dans une pièce sans connexion réseau ? Avec une clé WLAN, vous le préparez en un tour de main à l’Internet sans fil. Branchez-la, attendez un instant et installez le WLAN.

NAS ou disques durs réseau :

Les ordinateurs et les routeurs sont obligatoires, les disques durs réseau sont facultatifs. Connecté à votre routeur par câble ou WLAN, chaque ordinateur du réseau a accès à un espace de stockage supplémentaire. Le fait que vous puissiez utiliser le disque dur réseau pour sauvegarder des données précieuses est également un avantage.

A lire :   Bloqueur de publicité Edge : surfer sans annonces ni publicités

5 avantages d’une connexion réseau par Powerlan/Powerline/DLAN :

Haute sécurité grâce à un protocole de cryptage incassable.

Installation et configuration faciles.

Intégration de vos appareils dans le réseau WLAN grâce à un point d’accès intégré.

Compatible avec tous les routeurs, y compris Speedport Smart3 et Speedport W724V.

Vitesses élevées jusqu’à 400 Mbits par seconde.

Remarque : selon l’âge du réseau électrique de votre maison, il se peut que les adaptateurs Powerline ne fonctionnent pas de manière optimale. Si des problèmes surviennent, il vaut la peine d’essayer un répéteur WLAN bon marché. Pour ce faire, branchez le répéteur WLAN dans une prise électrique là où le signal WLAN de votre routeur commence à faiblir. Il est pratique d’intégrer le répéteur par WPS (Wi-Fi Protected Setup). Si votre routeur supporte cette méthode, il suffit d’appuyer sur un bouton pour intégrer le répéteur dans le réseau. Une fois connecté au routeur WLAN, le répéteur augmente maintenant la portée de votre WLAN. Important : que votre routeur soit crypté par WPA2 ou WPA3, vous n’avez pas besoin de saisir à nouveau la clé de réseau.

Pour partager une imprimante avec d’autres utilisateurs du réseau domestique, procédez en 7 étapes.

Démarrez votre PC Windows, puis tapez « Panneau de configuration » dans le champ de recherche en bas à gauche du bureau.

Appuyez sur la touche « Entrée ». Si ce n’est pas déjà fait, réglez la taille des icônes dans la zone « Affichage » en haut de la fenêtre sur « Grandes icônes ».

Double-cliquez pour ouvrir l’option « Afficher les appareils et les imprimantes ». Cliquez avec le bouton droit de la souris sur l’imprimante que vous souhaitez mettre à disposition des autres sur le réseau.

Dans le menu contextuel qui s’affiche, sélectionnez l’option « Propriétés de l’imprimante ».

Passez à l’onglet « Partage » et activez par un clic l’option « Partager l’imprimante ».

Dans le champ « Nom de partage », saisissez un nom pour l’imprimante, par exemple « Imprimante réseau ».

Cliquez sur « OK ». L’imprimante est ensuite configurée et partagée avec votre réseau.

Cette méthode est pratique car elle vous permet d’accéder aux fonctions et aux paramètres de l’imprimante sur un deuxième ordinateur. Par exemple, si vous souhaitez modifier le format du papier ou la résolution d’impression.

Pour utiliser l’imprimante partagée sur un autre ordinateur de votre réseau, procédez comme suit.

Notez que l’ordinateur sur lequel l’imprimante est connectée doit être allumé.

Sur le deuxième PC Windows, ouvrez également le « Panneau de configuration » et cliquez sur « Périphériques et imprimantes ».

Maintenant, toutes les imprimantes installées sont listées.

Pour configurer la nouvelle imprimante réseau, cliquez sur « Ajouter une imprimante ».

L’assistant d’installation d’imprimante démarre maintenant.

Sélectionnez la fenêtre suivante « Rechercher une imprimante » en cliquant dessus. L’assistant recherche automatiquement les imprimantes disponibles sur le réseau.

Après la recherche, toutes les imprimantes trouvées sont affichées et vous pouvez sélectionner l’imprimante souhaitée en cliquant dessus.

L’avenir est sans fil : WLAN, LTE et 5G comme alternatives à DSL, câble et fibre optique

Les connexions sans fil à haut débit dans le domaine de la téléphonie mobile atteignent déjà plus de 500 Mbps. Les réseaux WLAN domestiques sont encore plus rapides, avec 1 733 Mbits/s. Toutefois, les connexions câblées sont loin d’être épuisées. Certains fournisseurs proposent des connexions par fibre optique et par câble qui atteignent 1.000 MBit/s et qui devraient encore être bien plus rapides à l’avenir. Mais lorsqu’il s’agit de flexibilité, les connexions radio comme LTE et 5G sont imbattables. En effet, les routeurs LTE tels que le GigaCube de Vodafones, le Homespot de Congstar ou la Speedbox de Telekom ne se contentent pas d’assurer une connexion Internet rapide. Ils peuvent être utilisés à chaque endroit où vous avez une réception LTE ou 5G. Optimal si vous êtes en vacances ou si vous devez travailler en déplacement et que vous avez besoin d’une ligne rapide.

Aperçu des navigateurs les plus populaires

De nos jours, rien ne va plus sans navigateur. Si Microsoft Internet Explorer était encore en tête il y a quelques années, Chrome de Google lui a ravi la vedette. En tant que centrale pour toutes les applications Internet, les navigateurs comme Chrome, Mozilla Firefox ou Microsoft Edge réunissent d’innombrables capacités sous une seule interface de programme. Les navigateurs sont également indispensables en matière de sécurité. En combinaison avec un pare-feu, ils assurent la protection contre les logiciels malveillants qui se propagent via des sites web infectés.

A lire :   AnyDesk 3.0 : Télémaintenance confortable via le carnet d'adresses

Les particularités, les forces et les faiblesses des navigateurs populaires en un coup d’œil

Apple Safari – le minimaliste avec des avantages pour les utilisateurs Apple

Sur les terminaux mobiles, le Safari d’Apple fait partie du groupe de tête au niveau mondial. En tant que navigateur standard, il est préinstallé sur tous les appareils Apple et convainc par son interface minimaliste. Toutefois, il est généralement plus lent que Chrome, même s’il obtient de très bons résultats dans les benchmarks en ligne. Il brille par sa grande stabilité et son intégration parfaite dans tous les appareils Apple. Un avantage si vous utilisez un MacBook ou un iPad en plus de votre iPhone. Tout est toujours synchronisé grâce à l’intégration dans le cloud : qu’il s’agisse de l’historique de navigation, de vos mots de passe ou de vos signets. Hormis sur iOS et macOS, Safari n’est plus présent sur aucun autre système d’exploitation. Les versions pour Windows et Android ont été abandonnées il y a quelques années déjà.

Opera – le champion de la transformation avec des exigences matérielles réduites

Ce navigateur est rapide, intuitif et très polyvalent. Il peut être personnalisé à souhait et se contente de peu de ressources système. Il est donc également recommandé pour les ordinateurs plus anciens disposant de peu de mémoire et d’une faible puissance de processeur. Tout comme Edge de Microsoft, il s’appuie sur le code source rapide de Google Chrome. Ses prestations sont complétées par un bloqueur de publicité intégré, un VPN (Virtual Private Network) et un crypto-portefeuille. Cette dernière fonction s’adresse aux utilisateurs qui souhaitent conserver en toute sécurité leurs crypto-monnaies comme le bitcoin ou l’ethereum.

Le cloud est encore un mot irritant pour de nombreux utilisateurs. L’une des raisons de ce scepticisme est que derrière ces pratiques de stockage en ligne se cachent des groupes basés outre-Atlantique qui ne sont pas très regardants sur la protection des données. Jusqu’ici, c’est vrai, car on ne sait toujours pas si Google se réserve une porte dérobée malgré le cryptage de ses données. Mais le fait est qu’à l’avenir, Microsoft, Apple et consorts miseront de plus en plus sur les services en ligne. Mis à part cela, avec le Magenta Cloud de Telekom, vous avez la possibilité de recourir à un fournisseur situé en France. Le fonctionnement d’un espace de stockage en nuage est identique chez tous les fournisseurs : si vous déposez vos données dans le dossier Cloud, elles sont téléchargées sur l’espace de stockage en ligne. Sur un smartphone, vous pouvez également définir, en option, que vos photos ou autres fichiers y soient transférés automatiquement. Le grand avantage est que vos données sont synchronisées et disponibles sur tous les appareils pris en charge.

Aperçu des principales mémoires cloud

Apple iCloud

Apple offre 5 Go de mémoire gratuite pour chaque compte iCloud. C’est suffisant pour stocker les coordonnées et les fichiers les plus importants. Mais si l’on veut aussi sauvegarder des photos, on se retrouve vite à l’étroit dans le nuage d’Apple.

  • 5GB sont gratuits.
  • 50GB d’espace de stockage coûtent 0,99 euros par mois.
  • 200GB sont disponibles pour 2,99 euros par mois.
  • 2 téraoctets coûtent 9,99 euros par mois.

Google Drive/Google One

Chez Google, chaque utilisateur reçoit 15 Go de stockage gratuit dans le nuage dès l’ouverture d’un compte. Cela suffit facilement pour stocker d’innombrables e-mails chez Gmail et l’un ou l’autre safari photo.

  • 15GB sont gratuits.
  • Un espace de stockage supplémentaire de 100GB coûte 1,99 par mois ou 19,99 euros par an.
  • 200GB sont disponibles pour 2,99 par mois ou pour 29,99 euros par an.
  • 2 téraoctets coûtent 9,99 euros par mois ou 99,99 par an.
  • 10 téraoctets sont disponibles pour 49,99 euros par mois.

Microsoft OneDrive

OneDrive est déjà intégré dans Windows 10. Microsoft met sa solution cloud à la disposition de tout utilisateur. qui possède déjà un compte Microsoft. Ensuite, comme chez Apple, il y a 5 Go gratuits. Ceux qui en veulent plus peuvent opter pour un abonnement unique à Office 365. Un espace de stockage de 1 terraoctet est alors disponible en plus de toutes les applications Office. Pour ceux qui ont besoin de plus de mémoire, il est possible d’ajouter jusqu’à un terraoctet par tranche de 200 Go. Cela suffit également pour une vaste collection de photos en haute qualité.

5GB sont gratuits. Un espace de stockage supplémentaire de 100GB sans Office 365 coûte 2 euros par mois ;

Avec Office 365 pour un utilisateur, vous payez 7 euros par mois ou 69 euros par an. En plus, il y a 1 téraoctet.

A propos de l'auteur

Julien

Ingénieur réseau de profession, je suis un papa touche à tout de l'informatique.

Laisser un commentaire