Glossaire

Refus

Ecrit par Louise

D’origine étymologique dans le latin denegatĭo, le déni est un terme lié au verbe nier, qui fait référence au fait de ne pas accorder ce qui est requis ou exigé. Voici quelques phrases qui illustrent son utilisation : « Le gouvernement a surpris le peuple en lui refusant l’autorisation d’exécuter le marathon dans la ville », « Demain j’irai au bureau pour expliquer la raison du refus », « Le détenu, après le refus du juge, a annoncé qu’il allait faire appel devant la Cour suprême.

Un refus est donc une réponse négative à une demande ou à une ordonnance. Prenons le cas d’un club qui souhaite organiser un concert de collecte de fonds. Puisqu’elle s’attend à ce que beaucoup de gens y assistent et que ses installations sont petites, elle prévoit d’installer la scène dans la rue. Pour cela, cependant, vous devez demander l’autorisation du gouvernement, car il doit couper la rue et interrompre la circulation. Le club en fait la demande, mais elle est rejetée. Les autorités justifient le déni de la nécessité pour les voitures de pouvoir circuler dans cette rue.

Une situation similaire peut se produire au sein d’une entreprise. Un salarié souhaite prendre un congé sans solde pour un déplacement. A cet effet, elle envoie une note au président de l’entreprise, expliquant ses souhaits. Le manager répond par le déni et s’appuie sur le fait que sa présence est indispensable pour le moment, puisqu’il n’a pas de remplaçant adéquat pour son poste.

Le refus d’assistance, en revanche, est le crime commis par une personne lorsque, sans justification protégée par la loi, elle se soustrait à une obligation publique et n’obéit pas à la demande d’une autorité.

A lire :   La fracture numérique

Dans le domaine de l’informatique, il existe un concept appelé attaque par déni de service, également connu sous le nom de DoS (notez la ressemblance avec le DOS de Microsoft, il est donc important d’écrire le’o’ en minuscules). Il s’agit d’une agression dirigée contre un système informatique ou un réseau, dont la conséquence est que les services ou ressources fournis par une entreprise deviennent inaccessibles aux clients. En général, elle consiste à consommer la bande passante d’un individu ou d’un groupe, à provoquer un effondrement et à interrompre la connexion.

Il existe une variante du DoS, appelée déni de services distribué (ou DDoS), qui pratique son attaque à partir de différents foyers, augmentant considérablement la saturation des serveurs. Généralement, des botnets sont utilisés pour effectuer ces attaques contre un système, étant donné leur complexité modérée et le fait qu’ils agissent automatiquement et de manière autonome. D’autre part, il est nécessaire de préciser qu’elles peuvent également avoir un but constructif, puisqu’elles servent à vérifier les limites du transfert d’informations d’un ordinateur, afin qu’elles puissent être établies avant d’offrir un produit ou un service aux consommateurs, évitant ainsi des perturbations potentielles telles que la perte d’informations et des coupures inattendues dans la communication.

Un DoS peut être présenté de différentes manières, puisqu’il existe de nombreuses techniques pour le générer ; cependant, ils partagent le groupe de protocole TCP/IP pour trouver son but. En résumé, les caractéristiques de l’une de ces attaques sont les suivantes :

* la mémoire de stockage, la capacité de traitement et la bande passante d’un ou de plusieurs ordinateurs sont consommées contre la volonté de leurs propriétaires ;

A lire :   Diodes

* Les données de sa configuration sont modifiées, allant des données de surface à celles qui compromettent la stabilité de l’équipement ;

* le fonctionnement de certains appareils est interrompu ;

* les voies de communication qui permettraient aux utilisateurs concernés de se connecter avec les fournisseurs de services qui ont été retirés ou modifiés sont bloquées.

A propos de l'auteur

Louise

Jeune maman dynamique, j'aime ... tout particulièrement m'occuper du réseau informatique de la maison notamment de notre NAS.

Laisser un commentaire