Glossaire

Ping

Ecrit par Louise

L’expression anglaise Packet Internet Groper, qui peut être traduite en français par « buscador de paquetes en redes », a donné naissance à l’acronyme PING. Dans le domaine informatique, le concept de ping est considéré comme une commande ou un outil de diagnostic qui permet de vérifier l’état d’une certaine connexion d’un hôte local avec au moins un ordinateur distant envisagé dans un réseau TCP/IP.

En ce qui concerne la vérification des données, il est surprenant de voir à quel point le ping est utile car il peut être utilisé pour quels sont les protocoles TCP/IP bien connus, le réseau local, l’adaptateur réseau, les serveurs DNS (Domain Name System) et la connexion Internet.

A partir de la commande ping, une série d’informations est envoyée à un autre ordinateur distant et la réponse est attendue. En bref, ping affiche les statistiques de votre travail, indiquant combien de paquets ont reçu une réponse et combien de temps la réponse a pris.

Ping offre donc la possibilité de connaître l’état, la vitesse et la qualité d’un réseau. Cet outil, qui peut être exécuté à partir de plusieurs systèmes d’exploitation, est inclus dans le protocole ICMP (Internet Control Message Protocol).

En particulier, nous pouvons établir que le ping est utilisé en particulier dans les périphériques des systèmes Windows et aussi dans ceux de GNU Linux.

Les experts en informatique disent que lorsqu’une requête ping est exécutée, un processus commence par l’envoi par l’hôte local d’un message ICMP inclus dans un paquet IP. Cette demande comprendra également un numéro d’identification et une série de chiffres de 32 bits qui doivent correspondre à la légende ICMP obtenue en réponse.

A lire :   Port USB

Généralement, l’utilité du ping réside dans la connaissance de la vitesse de réponse ou du temps qu’il faut pour que les paquets soient échangés. C’est pourquoi le concept de ping est souvent utilisé comme synonyme de retard dans une connexion réseau.

Le ping permet d’obtenir l’adresse IP d’un hôte, de savoir si un hôte existe ou répond et de savoir combien de temps il faut à un hôte pour répondre à une requête (ce qui peut diagnostiquer un inconvénient de connexion utilisateur ou de congestion réseau).

En plus de ce qui précède, nous devons souligner l’existence d’autres termes qui empruntent le mot ping. Ce serait le cas, par exemple, de ce que l’on appelle le « death ping » qui est une attaque qui est envoyée à un ordinateur. Une attaque qui consiste à envoyer un grand nombre de gros paquets ICMP à cet ordinateur avec l’objectif clair de réduire le système ICMP.

Les routeurs, les imprimantes ou un grand nombre de systèmes d’exploitation sont ceux qui, depuis 1996, ont été affectés par ce type d’attaque.

Cependant, ce n’est pas la seule. Il y a aussi ce qu’on appelle le flood ping qui est soutenu par la même action, l’envoi de gros paquets ICMP, mais dans ce cas précis à une ligne de communication afin de la saturer. Une action qui ne peut pas être effectuée par n’importe qui est que vous devez avoir une grande quantité de connaissances et de compétences informatiques pour être en mesure de l’exécuter efficacement.

A propos de l'auteur

Louise

Jeune maman dynamique, j'aime ... tout particulièrement m'occuper du réseau informatique de la maison notamment de notre NAS.

Laisser un commentaire