Glossaire

Carte mémoire

Ecrit par Louise

Une carte mémoire est donc un élément qui permet de conserver différents types de données numériques. Il s’agit d’une mémoire non volatile : elle conserve les données même si elle n’est pas connectée à une source d’alimentation.

Les cartes mémoire sont donc utilisées pour le stockage de données provenant de différents types d’ordinateurs (ordinateurs), consoles de jeux vidéo, téléphones portables (mobiles), appareils photo et autres appareils : lorsque ces appareils sont éteints, les informations peuvent être stockées sur la carte. La carte mémoire facilite également le transfert d’informations d’un ordinateur à un autre (par exemple, les photos prises avec un appareil photo peuvent être stockées sur une carte mémoire puis utilisées sur un autre appareil, simplement en utilisant la même carte).

Il est à noter que les cartes mémoire sont des puces, c’est-à-dire des circuits intégrés. Les données, qu’il s’agisse de photographies, de contenu audio ou autre, sont stockées en octets. Au-delà de leurs caractéristiques communes, il est important de garder à l’esprit que la même carte mémoire ne peut être lue par aucun appareil, car toutes ne sont pas compatibles, et entrent en jeu des facteurs tels que le système d’exploitation, le système de fichiers et la technologie de lecture et de stockage.

Le manque de compatibilité n’est pas toujours « naturel » ou, plutôt, pas toujours lié à des faits inévitables, comme une différence fondamentale entre deux technologies ; au contraire, il est souvent dû à des questions liées à la protection contre le piratage ou aux droits et brevets de chaque dispositif.

A lire :   Sobre et élégant : le nouveau PC de bureau Compaq CQ2000

En raison du piratage, la carte mémoire facilite considérablement le transfert d’informations, en particulier par rapport aux disques optiques (tels que les CD ou les DVD), car le processus de sauvegarde est plus rapide et plus flexible, sa taille est considérablement réduite et elle est moins sujette aux dommages. Si nous ajoutons cela à sa capacité sans cesse croissante, nous avons un appareil qui peut être utilisé avec de bonnes intentions, pour stocker ses propres données ou pour voler et distribuer facilement l’information d’autres personnes.

Dans le cas des consoles de jeux vidéo, les cartes mémoire peuvent, entre autres, être utilisées pour sauvegarder les jeux actuels. Cela permet au joueur de continuer le jeu plus tard, même après que la console ait été éteinte. Jusqu’à la fin des années 1980, les jeux vidéo ne permettaient pas cette action, qui est si courante aujourd’hui, de sorte que la plupart d’entre eux exigeaient des joueurs de les compléter en une seule session.

Cette différence fondamentale entre les jeux dits « rétro » et les jeux actuels se reflète également dans la durée de leurs campagnes et les dimensions de leurs niveaux : grâce à la possibilité de stocker les progrès sur une carte mémoire, il n’y a pas de limite conventionnelle au nombre d’heures qu’un jeu vidéo doit durer ; au contraire, plus il est long, mieux il est généralement vu par la communauté. Dans certains cas, il s’agit de plus de 1000 heures, c’est-à-dire plus de 40 jours s’il était obligatoire de jouer sans interruption, ce qui est clairement impraticable.

A lire :   La mémoire flash

Il est à noter que cette limitation n’a pas toujours empêché les jeux d’être étendus ou variés : certains ont imprimé une clé à l’écran à la fin de chaque niveau, qu’il fallait entrer pour continuer à partir de ce point la prochaine fois que le joueur allume la console ; d’autres, comme Super Mario Bros. 3, parient sur plusieurs routes dans une série de mondes immenses et secrets, afin de les parcourir de façon différente chaque fois, car passer chacun de leurs niveaux en une seule session aurait été quasiment impossible.

A propos de l'auteur

Louise

Jeune maman dynamique, j'aime ... tout particulièrement m'occuper du réseau informatique de la maison notamment de notre NAS.

Laisser un commentaire